En janvier 1996, quand François Mitterrand est mort, je vivais à Rome. Je me rappelle mon rapport à l'information, Radio Vatican, Le Nouvel Observateur édition internationale, France 2, et un étrange four orange qui me permit de regarder les obsèques du président comme un petit jeune qui mate le film olé olé de Canal + en crypté.